La Calèche du Delta

Enfin le jour est arrivé. La Calèche du Delta, un projet conçu, organisé et financé par des citoyens et des institutions du sud de la France, commence la deuxième partie de son voyage à cheval entre la Camargue et Doñana. Ce parcours entre dans le cadre du jumelage qui unit les villages et les espaces protégés dans ces deux régions. Il est soutenu par les administrations des deux parcs et le protocole signé en 2007 entre la Junta de Andalucía et la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur).

La première des deux phases de ce voyage a été réalisée en 2015, lorsqu’à la mi-juin 8 personnes et 3 calèches, tirées par deux chevaux chacune, arrivèrent à Amposta, capitale du Delta de l’Èbre, après avoir parcouru plus de 600 km.

Aujourd’hui, 3 avril 2016, 2 calèches et 6 chevaux sont partis d’Amposta direction l’Andalousie dans l’intention d’atteindre Villamanrique de la Condesa, au milieu de la célébration du pèlerinage d’El Rocío. Les membres du conseil d’administration de Delta de Maya se sont déplacés jusqu’à la ville catalane afin d’être présents au départ des voyageurs qu’ils ont d’ailleurs accompagnés pour leur première étape entre Amposta et Ulldecona. Dans la capitale du delta de l’Èbre, se trouvaient un grand groupe de Camarguais qui s’étaient également déplacés jusque là pour appuyer le projet. Arriva également de Séville Paco Ortiz, cavalier pionnier et précurseur de cette route.

À la mi-mai, un grand groupe de citoyens français de diverses associations, dirigé par le maire de Saintes Maries et le directeur du parc régional de Camargue, se déplacera jusqu’au village sévillan afin de rendre hommage et de recevoir les voyageurs conjointement aux citoyens et aux institutions de Villamanrique. Le lendemain, le 13, ils entreprendront ensemble le pèlerinage au village d’El Rocío avec la Confrérie de Villamanrique et accompagné également des membres de Delta de Maya qui le désirent. En effet, notre association coordonne la réception des amis français dont le nombre pourrait dépasser les 60 personnes, facilitant ainsi ce travail aux autorités locales qui se trouvent à ces dates-là complètement immergés dans l’organisation de la fête d’El Rocío.